Detec't

Que nous révèlent les réseaux sociaux sur le « stress » ?

By 19 décembre 2017 No Comments

S elon l’observatoire mis en place par Ramsay Générale de Santé dont les résultats ont été présentés lors du Festival de la communication santé de Deauville le 25 novembre dernier, le niveau de stress perçu par les français est en constante augmentation.

La Fondation Ramsay Générale de santé œuvrant dans le domaine de la prévention en santé a souhaité appréhender les conséquences médicales du stress afin d’en améliorer la prise en charge. 

Une méthodologie originale

Cet observatoire a nécessité, d’une part, l’intervention d’Opinion Way pour la réalisation d’un sondage  visant à définir le rapport des Français au stress ; et d’autre part, l’élaboration d’une cartographie médicale par Kap Code suite à l’étude de publications scientifiques traitant du sujet ainsi que l’exploration des témoignages du grand public sur les réseaux sociaux et forums spécialisés afin d’identifier les conséquences du stress.

L’étude bibliographique

La recherche des publications scientifiques existantes à ce sujet a permis l’identification de 633 338 résultats sur la requête « stress » sans limite de temps et 396 439 sur les 10 dernières années.

La limitation de la requête à « psychological stress » sur 10 ans a permis de remonter plus de 56 000 articles, émanant de prestigieux établissements universitaires tel que « Yale university » ou encore le « King’s college London ». Ces centres de recherche se focalisent essentiellement sur les impacts du stress sur les syndromes psychiques (24%), les cancers (22%) mais aussi le surpoids et le diabète (20%).

L’étude des échanges du grand public

L’étude de la perception du grand public quant au stress a été réalisée grâce la Solution Detec’t qui a permis d’explorer et analyser le contenu publié lors des 10 dernières années sur les différents réseaux sociaux et forums français. Cette analyse nous a permis d’identifier dans un premier temps les concepts associés au stress tels que les troubles neuropsychiatriques (34 %) ou encore les troubles généraux (24 %).

 

 

Une étude approfondie de ces résultats a permis d’identifier les conséquences du « stress » sur la santé.

La santé mentale est ainsi représentée à hauteur de 56% (troubles du sommeil, « burn-out » et souffrance émotionnelle), viennent ensuite les troubles plus généraux tels que l’asthénie ou les acouphènes.

Les pathologies liées au diabète et au surpoids comptent pour 13% des mentions.

Concernant les thématiques ayant une fréquence de moins de 10%, nous retrouvons :

  • les troubles musculo squelettiques (contractures, tremblements…) 7%
  • les pathologies digestives (nausées, ulcères…) 5%
  • les troubles respiratoires, les pathologies dermatologiques (eczéma, psoriasis, acné…)
  • les maladies gynécologiques et andrologiques (infertilité, bouffées de chaleur…) et les pathologies cardiovasculaires (tachycardie)

La confrontation des résultats obtenus via les deux volets de l’étude faite par Kap Code, à savoir l’analyse des publications scientifiques et celle des réseaux sociaux a conduit à la construction de la cartographie du stress.

La mention « Prouvé » est attribuée aux pathologies qui sont à la fois évoquées par le grand public et considérées comme conséquences réelles du stress selon une étude de l’Inserm.

La mention « non prouvé » est attribué aux troubles respiratoires, cancer, maladies gynécologiques & andrologiques ainsi qu’aux troubles généraux qui sont évoqués par le grand public mais qui n’ont pas fait l’objet de confirmations au sein de publications scientifiques.

 

 

Stress et grossesse

Notre étude fut aussi l’occasion d’étudier des problématiques plus spécifiques telles que la relation entre le stress et la grossesse. L’analyse des expériences partagées par les internautes à ce sujet a permis la détection de 245 messages évoquant le sujet.

Parmi ceux-ci, 24 % des messages evoquent un stress lié au fait d’être enceinte et plus de 12 % des messages évoquent un état de stress lié au retard de menstruation.

Par ailleurs, cette étude approfondie a également permis d’identifier quelques conséquences du stress. A titre d’exemple, des échanges évoquaient notamment des grossesses nerveuses.

Qui sommes nous ?

Kap Code s’engage dans le développement de solutions digitales innovantes pour l’amélioration de la prise en charge des pathologies chroniques ainsi que la détection de signaux sanitaires sur les réseaux sociaux.

 

 

En savoir plus
nassim

Author nassim

More posts by nassim

Leave a Reply